GHT, risques ou opportunités ?

Inscrit dans la Loi de santé de la ministre Marisol Touraine, le décret 2016-524 du 27 avril 2016 prévoit la création de groupements hospitaliers de territoire (GHT). C’est une révolution à venir dans le monde de la santé, pendant plusieurs années.

Mutualisations, regroupements, une gouvernance à définir, des mécanismes de solidarité budgétaire, des certifications et accréditations à l’échelle de la GHT, des SI à harmoniser et à intégrer, une GRH à modifier… Les chantiers engendrés par ce décret sont majeurs et la réussite de ces rapprochements organisés sera en grande partie liée à la conduite du changement, à la qualité du dialogue social et au sens que les parties prenantes auront sû donner à la GHT.

Le facteur humain est central dans la qualité de la performance des organisations futures. Par performance il faut entendre : la performance du service rendu aux patients, la qualité des organisations au regard de la gestion des compétences et des parcours professionnels, la performance de gestion des organisation et des coûts, des process et des temps, la capacité à renforcer la sécurité de stabilité du service public durablement sur le territoire.

Les 3 écueils possibles

En nous appuyant sur l’expérience de nombreuses réorganisations de même nature, dans différents secteurs d’activité, nous constatons fréquemment que ces projets sont souvent trop peu préparés sous ses aspects humains, par un trop petit nombre de décideurs et sont trop faiblement accompagnés. Il en découle qu’ils souffrent très souvent des trois maux suivants :

  • un enlisement progressif dans le “communautaire” (ce qui est géré en communauté) qui tend à alourdir et renchérir les coûts des services;
  • une centration sur les problématiques internes au détriment du service à rendre;
  • un arbitrage par défaut et la nécessité de cooptation obligeant soit à diminuer le périmètre de projet, soit à accepter des dérapages financiers ou temporels.

Non maîtrisés, ces risques deviennent vite  :

  • des problèmes de qualité et de sécurité
  • des problématiques de dérives de coûts
  • des incapacités à décider et à faire avancer des solutions
  • des désinvestissements professionnels
  • des tensions sociales
  • des conflits entre structures ou entre établissements

Comment éviter ces dérives?

Cette révolution se fera d’abord par la pleine participation des acteurs de terrain. Les simples cadres juridique, technique et  médical ne seront pas à même de juguler les tensions inévitables qui accompagneront la mise en œuvre opérationnelle des GHT.

On pourait choisir de ne s’en tenir qu’à une gestion institutionnelle et technique du GHT en considérant que l’impact sur les établissements qui le composent ne serait que mineur. Très vite, on se rendrait compte que les coûts induits et les bénéfices obtenus ne sont pas équilibrés dans l’opération, et que, somme toute, les établissements n’en retirent pas de sécurisation pour leur avenir. L’étape ultérieure poursuivrait un déclin de la présence hospitalière dans les territoires et une centralisation renforcée des resources médico-techniques.

Il faut donc considérer que, compte tenu des risques, la seule voie possible est de réussir médicalement, humainement et économiquement le GHT. Ceci étant posé, et selon  la configuration de chaque projet  de territoire, il est absolument déterminant d’évaluer dès le départ les impacts et les problématiques opérationnelles que posent le projet. Il faut le faire en mobilisant l’intelligence collective des différents établissements par un processus rigoureux de participation.

La consultation officielle des instances conclura cette période d’examen participatif des enjeux, des impacts et des moyens à mettre en œuvre.
Ensuite, la démarche de convergence doit s’appuyer sur trois principes :

  • principe de transparence dans les objectifs, les étapes et les résultats,
  • principe de mutualisation coordonnée et évaluée dans son efficacité, avec droits d’expérimentations et de réexamens des solutions organisationnelles en cas de moindres performances,
  • principe de subsidiarité permettant de s’appuyer sur les qualités et les expertises réparties sur toute la GHT.
    Si ces principes, habituellement mobilisés dans l’organisation de communautés de travail, semblent aller de soit, ils sont souvent très exigeants et délicats à mettre en œuvre, c’est là tout le travail des pilotes, et coordonateurs de la mise en œuvre.

Pour créer une plus grande visibilité et capacité de participation des différents acteurs à mobiliser il est préférable de mettre en place un outil de plate-forforme technique d’accompagnement du changement permettant de rendre fiable, au fur- et-à-mesure, les process et les nouvelles organisations, en mobilisant les équipes concernées, tout au long de la démarche. Cette plate-forme permet de créer un cadre efficace à la dynamique collective nécessaire à la réussite des opérations.
Enfin, les conditions de travail et la qualité de vie au travail doivent faire l’objet d’une attention particulière. Le GHT peut être le levier d’un pas très significatif sur les thématiques de la qualité de vie au travail, par l’amélioration des systèmes informations et de la numérisation des activités, par la réflexion sur les trajectoires professionnelles et les compétences, par une plus grande optimisation des plannings et des ressources, par la réflexion autour du travail à distance et de ses enjeux dans le cadre de métiers exigent une forte présence in situ, par la formulation de nouvelles pratiques d’accueil des patients et de gestion du parcours de soin, par la prise en compte des problématiques de charges de travail et des préventiosn des risques de burn out, par un renouvellement des pratiques de concertation et de dialogue avec les partenaires sociaux dans le cadre des évolutions des organisations, par la formation de managers au leadership et aux méthodes participatives de conduite des changements…

On le constate, ces GHT envisagés parfois comme une contrainte ou un risque, peuvent représenter une opportunité majeure de renouveler la vie à l’hôpital, en renforçant sa viabilité et sa présence territoriale. Tout dépend de ce que les acteurs décideront d’en faire. Un cadre est posé, l’action est aux acteurs de terrains désormais.

Demandez à rencontrer l’équipe de Praxinova pour évoquer avec vous votre projet de GHT et les solutions d’accompagnements que nous proposons.